Skip to content

Un « salut » rapide ou une longue absence? 

Les années passent et ce blog est toujours debout. Debout, mais sans pourtant être vraiment actif, sans faire ses 30 minutes de marche quotidienne. 

Sans sortir les archives ni le divan, je l’ai dit plusieurs fois ici, j’ai comme énorme défaut de préférer un moment spécial, long, complice et exclusif plutôt qu’un rapide « bonjour », un rapide « sms » sans vraiment de conviction complice ni amicale. Pour moi, on ne peut entretenir une relation amicale en demandant simplement quel temps il fait, et si le dernier restaurant était pas mal, de temps en temps. J’ai l’impression de rester sur ma faim, que ça ne reflète pas suffisamment la complicité, la teneur véritable de la relation. Et donc, à défaut de trouver le temps que j’aimerais passer avec mes proches et mes amis, et en connaissance de mon idio(t)syncrasie pour les contacts rapides et futiles, je ne fais rien. Et oui. C’est stupide, je vous l’accorde…comportement inconscient que je n’arrive pas à corriger. Et je m’en mords les doigts. 

On avait dit pas de divan! Ah oui, pardon. 

Résolutions 2017 obligent; une des seules que j’arrive à tenir jusqu’à présent est de reprendre contact avec les gens qui me sont chers et importants. Ce sera long. Et pas aisé. Beaucoup m’en voulant probablement de ce silence radio. Fini les mails d’anniversaire de Marjorie sans réponse, les propositions de soirée sans GO dynamique, la fatigue et la surcharge de travail comme excuse constante (bien que souvent valable!), les billets de blogs et commentaires en attente de « reply », les « je te rappelle » abandonnés sur la route, etc…

Et pour le blog? Désormais, je posterai aussi parfois des « bonjours » ou des « saluts » rapides. Surtout des articles, photos, ou livres qui m’auront touché particulièrement et que j’aimerais partager avec vous. Instants éphémères, pierres sur le chemin. 

Que dire de plus? Bonjour!

Publicités

Vivez-vous!

En réalité, je voulais écrire « Live Your Potential », à la place de « Vivez-vous », une « 3 words quote » comme disent les Anglais.

Et puis, je me suis retenu, je me suis dit que ça ferait tâche, que ça ferait « too much », encore un titre en anglais, encore quelque chose de superficiel, qui effleure sans caresser, qui suggère sans aborder… Nous avons pris l’habitude de dissimuler ce qui se passe en nous afin d’acheter la reconnaissance, l’intégration ou un confort apparent plutôt que de nous exprimer tels que nous sommes…bon, à 22h45, je ne dis pas de si belles phrases;
Thomas d’Ansembourg, peut-être pas non plus, mais celle-ci est néanmoins de lui.

Après le succès de « Cessez d’être gentil, soyez vrai! », beaucoup d’auteurs pilonnent actuellement ce segment Bien-Être, rubrique « aimez-vous », aimez la personne que vous êtes, n’en soyez pas une autre, vivez-vous simplement, pleinement et consciencieusement. Il ne s’agit plus de se développer mais de s’accepter. Pompeux comme thème?

Quelque soit votre avis sur le sujet, courez acheter le livre de Rebecca Niazi-Shahabi, « Je suis une merde et je compte bien le rester ». Un concentré d’auto-dérision, de réflexions, de non-sens et de propositions, d’idées et de fausses résolutions.

« On nous a si bien seriné qu’il faut se réaliser que nous nous soumettons de notre plein gré à cette pression, et sommes dévorés de sentiments de culpabilité. Ce dictât du coup de pied dans le cul est la garantie de nous enfoncer profondément dans l’insatisfaction »

 

 

Generation K

Quelle est cette nouvelle génération qui arrive? Qui sort des lycées et cherche une orientation? Est-ce toujours la génération Y (ou Phœnix pour l’Asie), celle des questions (why), celle de l’écologisme grand public, de la nouvelle ère informatique,…Pourtant, généralement, il est considéré que font partis de la génération Y, les personnes nées entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990. Et après 1990?

Récemment Noreena Hertz, une économiste, connue également pour Eyes Wide Open, a nommé cette « tranche » d’individus nés entre 1995 et 2015: la génération K. Dans le Guardian, elle expliquait que cette génération était inquiète et méfiante. Pourquoi K? Elle se dit inspirée par le personnage de Katniss Everdeen, dans Hunger Games.

…et là, je m’étrangle. Cette dénomination transpire justement notre monde actuel: un monde porté par le profil, la popularité, le marketing et l’éphémérité éternelle. K…à dire vrai, c’est en me renseignant pour cet article que j’ai découvert la raison de cette lettre K…une raison que je trouve autant futile qu’injustifiée.

Génération K, oui, mais pour:

  • Kassée ou broKen: cette génération non-orientée, non-accompagnée, délaissée. Une génération qui a soif d’orientation et de conseils mais qui n’en trouve aucun, compatible à « son réseau », à son « protocole », à son canal de communication. Désorientée et déresponsabilisée.
  • Keen ou vif. Une génération qui peut sembler empotée, avachie sur son canapé devant son écran, inerte, inactive. Une génération qui parait s’indigner plutôt que s’impliquer, se lasser plutôt que s’activer,…et pourtant. De toutes les précédentes générations, il s’agit de celle la plus créatrice, la plus volontaire, la plus aventureuse et novatrice
  • Kaleidoscopic: une génération multi-identitaire, évoluant dans un monde ultra-connecté, rapide, instantanée et publique
  • Knowledgeable: assoiffée d’information, de validation, de justifications, de preuve et d’arguments. Un adjectif à mettre en lien avec la Konspiration (conspiration) – ces doutes sur les politiques, sur les raisons de notre système, sur les tests médicaux et « experts » en tous genres,… sur ces vérités vraies et mensonges incohérents
  • King-size: carriéristes, connus avant d’être reconnus, riches, dépensiers. Une génération qui rêve d’une envergure déshumanisée et dé-émotionnée. La puissance économique pour reconnaissance.
  • Klutzy

Game-over: un dernier pour la route, mais c’est celui que je trouve le plus juste pour qualifier cette génération K. Une génération née sous l’ère du « game over »… des missions, des aventuriers, des tireurs d’élite, des espions, qui ne meurent jamais et qui toujours recommencent. Tous ces meurtres, attentats, accidents annoncés en live entre l’augmentation du prix de l’essence et le paquet de cigarette neutre. C’est d’un commun! Digital? Virtuel? Réalité? Où se situe la limite? Pour eux, pourquoi le « game over, restart » n’existerait que virtuellement?  Qu’importe les fautes, les erreurs, la vitesse sur la route, l’addiction trop importante… la « partie est sauvegardée » en cas de game-over…

 

Bionternational

Qu’entendons-nous par produit alimentaire bio ?

Est-ce un produit dont les aliments proviennent d’une agriculture respectant la nature (biodiversité, cycles biologiques, agrosystème) et prohibant l’utilisation de produits chimiques de synthèse?

Ou

Est-ce un produit dont les techniques de production répondent à un système global de gestion agricole et de production alimentaire, de la terre au consommateur ?

Lire la suite…

Quelle est votre priorité ?

Balayez ces pages… poussiéreuses, il est vrai. Et vous verrez que régulièrement je parle des priorités que l’on se fixe : pour ses projets personnels, pour ses tâches professionnelles, pour ses actions, pour ses combats,…

Ses combats ? Justement, le 5 février dernier, une femme a été violée dans l’indifférence générale, dans un train reliant Paris à Melun. Sur le Parisien et Libération, 2 183 re-tweets à ce jour et 483 commentaires.

Jeudi dernier, Nouvel An Chinois et une vidéo apparaît sur internet montrant l’abattage de chiens, utilisés ensuite dans la préparation d’un festin traditionnel. Ce qu’on y voyait ? La même chose que cette image, non pas en version occidentale (ici) mais en version extrême-orientale (avec des chiens – viande consommée de plus en plus rarement en Chine). 4 672 tweets, 891 commentaires

Quelle est votre priorité ? Quel est votre combat ?

Le mien répond d’abord à la justice humaine, avant la justice animale. A ma liberté de conscience, avant ma peur d’être frappé ou tué. A la dignité humaine, avant ma petite personne. Quelle est votre priorité ?

En Chine, tout n’est pas parfait. Mais cette situation de viol public ne se serait pas produite. Un jour en Chine, sur le trottoir d’un restaurant BBQ où je mangeais, deux voleurs ont saisi sur une table un portefeuille : plus d’une dizaine de clients se sont levés à leur poursuite. Le voleur, n’ayant pas réussi à rejoindre son coéquipier sur son scooter, a passé un moment peu agréable lorsque les clients l’ont attrapé.

Apparemment, le 11 janvier 2015, nous avons vécu un moment extraordinaire. Que restait-il de cet esprit le 5 février dernier dans ce train?

« Je suis Charlie »… il aurait été tellement plus beau de le vivre au pluriel…

Délinquance pour tous?

Plusieurs vierges effarouchées ont hurlé aujourd’hui suite à la lecture d’un article sur la délinquance & nationalité des criminels, proposé par le Progrès. De la diffamation à caractère racial? Du racisme? Digne d’un journal d’extrême droite?

Dans l’idée, je ne suis pas contre: extraire d’un fichier national les infractions de type « délinquance »et la nationalité de leur auteur. L’exercice est simple, digne d’un tableau croisé d’Excel et ne demande pas un doctorat en Sciences Sociales. C’est un « audit de la délinquance en France par nationalité ». Chacun ses choix éditoriaux… et sa cible marketing.

En revanche, quitte à se lancer dans une telle besogne en ayant une assez bonne connaissance des réactions qui émergeront suite à l’article, la valeur ajoutée du travail journaliste aurait été de proposer un audit relativement exhaustif des délits… ce qui n’est pas le cas ici.

Aussi vrai que le Progrès a voulu surfer sur la vague « bleue marine » en désignant indirectement les étrangers comme les principaux responsables des maux français en matière de criminalité, il aurait été intéressant de s’interroger sur la nationalité des auteurs des infractions et délits suivants:

  • infanticide
  • viols & pédophilie
  • meurtre
  • évasion fiscale & détournement de fonds
  • corruption
  • abus de biens sociaux, de faiblesse, de confiance
  • exercice illégal de la médecine (vous auriez des surprises!)
  • harcèlement sexuel
  • usurpation d’identité (ça va Sarko?)
  • subornation de témoin (Eric, la SG t’a bien payé?)
  • négation de la Shoah (c’est un délit!)

Certains tabous tombent avec la crise… d’autres restent bien ancrés…

3786653_le-progres

Choix photographique

Que pensez-vous de la photo ci-dessous de DSK?

Screenshot_2014-03-21-08-33-30La tribune de Genève aurait peut-être pu trouver une photo un peu plus sexy. Celle-ci me semble peu « promotionnelle » et peut laisser supposer de drôles d’idées sur le personnage. Après, chacun sa ligne éditoriale et son avis personnel.

DSK